Advis fait par maistre Woulters

(Archives départementales du Nord, Lille ; B.3519 ; retranscription recettes de l’artillerie)

REDIGE VERS 1468

Premièrement pour mener une bombarde convient avoir en temps d’yver : 24 chevaux ; la bombardelle : 14 chevaux ; le courtault : 8 chevaux ; la grosse serpentine : 8 chevaux ; les trois Jaquemin et celle du Roy : 6 chevaux ; les 50 moyennes : 4 chevaux ; les 100 petites : 2 chevaux ; les petites maistre Guillaume : 2 chevaux ; 4 chevaux pour les pierres de bombardes pesant chacune 163 livres ; 4 chevaux pour celles pesant 75 livres ; 4 chevaux pour les 30 pierres de courtaulx ; un mortier et son affût : 4 chevaux ; pareilles pierres à celles de bombardes ; boulets de fer au nombre de 200 sur un chariot ; plommets à l’avenant ; 4 chevaux pour les caques de poudre ; 5 coffres d’arcs à 4 chevaux ; 4 chevaux pour 4000 flèches ; 4 chevaux pour 200 piques ; 4 chevaux pour 300 maillets ;  4 chevaux pour 200 fûts de lance ; pics et hoyaux à l’avenant ; de pics, hoyaux, coignées, fourches, pelles, serpes, il en faut bien de chacun 500 ; de tourteaux à fallots, lanternes, soufflets, etc, idem ; des queues à couvercle, idem ; la forge étoffée qu’il convient avoir, item ; 80 jaques à 4 chevaux ; salades, bonnets d’acier, viretons, 2 moulins sur un chariot, fours, 300 livres de cordail, ferrailles pour les ponts, le pont volant.

 

Publié dans : inventaires d'artillerie |le 25 août, 2006 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Restauration Vespa Primavera |
maxime |
les ribotons |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mbokfrancois
| Les belles choses de la vie
| Feutrine et Petites Croix