Habillement des gens de guerre, 10 mars 1473

Le 8 février 1473, le Duc Charles, alors à Dijon, rendit une grande ordonnance s’adressant à la levée des possesseurs de fiefs, arrière-fiefs et terres de franc-alleu en justice.

En annexe de celle-ci, la lettre close suivante était adressée au bailli ou à son lieutenant :

De par le Duc de Bourgoingne, de Brabant, de Lambourg, de Luxembourg et de Gheldres, Conte de Flandres, de Bourgoingne, de Hollande, de Zélande, de Namur et de Zutphen,

Très cher et bien amé, nous vous envoions cy dedans encloz en ung feullet de papier la déclaration des harnois et habillemens que les fiefvez seront tenus de avoir et fournir tant pour hommes d’armes que gens de pied. Et voullons et vous mandons très expressément et acertes que, en mectant à exécution l’ordonnance et commandement de nous touchant le service desdits fiefz et arrière-fiefz estant ès mettes de vostre office vous leur déclarez ou faictes déclarer qu’ilz facent diligence, d’avoir et recouvrer chascun an en son endroit, et selon la charge qu’ilz debvront pourter à cause de leursdits fiefz et arrière-fiefz, lesdits harnois et habillemens selon le contenu d’icelles déclarations, assavoir, ceulx qui seront tenuz de fournir plusieurs hommes seront tenuz à l’avenant de fournir plusieurs habillemens, et ainsi conséquemment des gens de pied. Si ne faictes en ce faulte, comment qu’il soit, car nostre bon plaisir est tel. Très cher et bien amé, Nostre Seigneur soyt garde de vous.

Escript en nostre ville de Salins, le dixième jour de mars, Ainsi signé, CHARLES.

(Contenu du feuillet traitant des habillements de guerre)

Primo pour habiller ung homme d’armes : seront tenus d’avoir cuirasse complecte, sallade à bavière, gorgelin, flancars, faltes, espée et dague ; et pour le coustelier dudit homme d’armes : brigandine ou corsset fendu aux coustés à la manière de Touraine, gorgerin, salade, flancars, faltes ou brayes d’aschier, avant bras à petites gardes, ganteletz, javelines à arretz, bavière, espée et dague ; et trois chevaulx pour l’homme d’armes dont l’ung sera pour son page qui pourtera sa lance.

Les habillemens de crennequiniers qui sera à cheval seront semblables à ceulx d’un coustelier, sauf si ledit crennequinier aura au lieu d’une javeline son crenequin et le traict y servant.

Pour habiller ung homme de pied, soit crenequinier ou colouvrinier, lesdits fiefz et arrière-fiefz seront tenus d’avoir un haulbergeon et ung demy teste sallade [sans visière], gorgerin, cliques de fer pour le bras dextre, petites gardes, espée et dague et une longue picque ou colouvrine.

Publié dans : ordonnances militaires de 1473 |le 15 septembre, 2006 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

Restauration Vespa Primavera |
maxime |
les ribotons |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mbokfrancois
| Les belles choses de la vie
| Feutrine et Petites Croix