Archive pour la catégorie 'inventaires d’artillerie'

Préparatifs de campagne, 1475

(Archives départementales du Nord, Lille, B.3519, retranscription recettes de l’artillerie)(1475)

Etat de ce que pourra monter la despence de l’artillerie que mon très-redoubté seigneur le Duc entend présentement mener avec lui, selon qu’il a ordonné par ses lettres.

Consistant en 6 bombardes tant de fer comme de métal, 6 manteaux pour lesdites bombardes, 6 poulains servant auxdits manteaux, 12 pierres de bombardes, 6 bombardelles, 6 manteaux moyens, 7 poulains y servant, 12 pierres de bombardelle, 6 mortiers, 12 pierres de mortier, la serpentine Lambillon, 100 boulets y servant, manteaux d’approche pour mines, 10 courtaux, 2000 pierres pour lesdits courtaux, 10 grosses serpentines, 3 serpentines de l’hôtel, 2 serpentines de Jacqmin et une serpentine de Monthléry, 36 serpentines moyennes, 48 petites serpentines, 200 arquebuses, 40000 livres de plomb tant en plommets comme en saumon et 600 galets de fer fondu pour grosses serpentines, 200 pavois à potences, 250 pavois nervés, 400 targettes, 8000 arcs à main, 10000 douzaines de flèches, 4000 douzaines de cordes d’arc, 12000 traits d’arbalète, 10000 traits de crenequin, les caques de poudre et de fil d’Anvers, 500 vouges, 600 épieux, 4500 maillets de plomb, 6000 piques, 1200 fûts de lance, 1000 fûts de demi-lance, 1200 bâtons chargois, 1000 fûts de javeline, 400 jacques pour pionniers, 300 salades ou bonnets de fer, 1000 louchets, 600 pelles ferrées, 400 serpes, 300 pelles de bois, 1000 pics, 500 hoyaux, 1000 cognées, 1000 fermans, un moulin à vent, 1200 moulins à bras, 1000 pieds de pont consistant en « fustaillière, ouzières, charchles, ferrailles, cordail, gistes. sommiers et autres choses servans pour ledit pont » et nécessitant au moins 100 chariots. cordail, ferraille et menuités servant pour les charpentiers, cordail servant aux carreliers, suif de provision, la forge étoffée, falots, leviers de fer, salpêtre, soufre et harpoi, feuilles de fer, fil d’archal, sacs de cuir, clous, lanternes et soufflets, moules pour les serpentines et fers de lance, bagues et outils des charpentiers, bagues et outils des carreliers, bagues des canonniers, les maisons du Duc pour lesquelles il faudra 7 chariots, 3 pavillons et une tente pour le Duc, 400 pavillons pour les compagnie d’ordonnance et les gens de l’hôtel du Duc, 350 étables neuves, 26 tentes à 2 mâts, 7 pièces de tentes pour l’écurie du Duc, 2 tentes de guet, 16 autres pièces de tentes et pavillons servant pour les maitres. lieutenants, receveur, contrôleur et aides de ladite artillerie, cannevas de garnison, cordal, brocques, vireulles, fil, mâts et environ 2000 chevilles de tentes, échelles, bateaux de cuir et de bois, hocqs, le blochus fait à Malines, bagues des maîtres, lieutenants, receveur, contrôleur et nobles hommes aides en ladite artillerie. pour le transport de toute cette artillerie, il sera bon d’avoir 5245 chevaux, sans compter ceux nécessaires pour l’amenage des poudres ; à raison de 4 sols par jour par cheval, la dépense pour le transport de l’artillerie sera de 1049 livres par jour. Gens nécessaires pour le fait et conduite de cette artillerie : 6 maîtres bombardiers, 6 autres canonniers ou bombardiers pour jouer des six bombardelles, 6 canonniers pour les six mortiers, 20 autres pour les 9 courtaux et les 15 grosses serpentines, 40 autres pour les serpentines moyennes et petites, 50 couleuvriniers pour jouer des arquebuses, 14 aides de canonniers et bombardiers, Amand Millon, maître-charpentier, 8 charpentiers à cheval, 95 charpentiers à pied, maître Wouters Teytin, maître carrelier, 20 carreliers à pied, 50 cuveliers, 45 compagnons harnesqueurs, un maître huchier pour les maisons du Duc, 4 huchiers sous ses ordres, 2 autres compagnons pour porter l’aisselin, 4 tendeurs de tentes, 20 charpentiers pour tentes et pavillons, 200 autres tendeurs de tentes, 400 pionniers, 2 maîtres maréchaux, 4 maréchaux, 1 maître-tailleur de pierres, 6 compagnons tailleurs de pierres, 3 compagnons fondeurs de plommets, 8 navieurs pour les bateaux, 4 meuniers, 50 mineurs, 24 compagnons à cheval aides de l’artillerie. Total des gages des gens nécessaires au service de l’artillerie : 201 livres, 9 sols par jour. Total général avec les frais de charriage : 1250 livres, 9 sols, par jour.

 

Publié dans:inventaires d'artillerie |on 4 septembre, 2006 |Commentaires fermés

Artilleurs du Duc, vers 1475

(Archives départementales du Nord, Lille, B.3519, retranscription recettes de l’artillerie)

Etat des bombardiers et canonniers du Duc, savoir :

maître Arnoul de Connelance, Thielman de Vienne, Jean Dauvillers, Bauduin Dauwain, maîtres bombardiers ; Jean de Malines, Hansse van den Berghe, Georges Wuldenan, canonniers, soit 7 personnes, nombre insuffisant, attendu que l’artillerie est maintenant « grandement garnie de bon bastons à pouldre et en grande quantité » ;

il conviendrait d’enrôler 23 nouveaux bombardiers et canonniers, parmi lesquels les receveurs et contrôleurs de l’artillerie proposent d’engager : un maître bombardier, nommé Thielman, serviteur de Monseigneur de Rodemach, qui a grand désir de servir le Duc ; maître Guillaume de Berghes, bombardier, demeurant à Bruxelles ; maître Bauduin de Bouvignes, bombardier qui a servi autrefois au siège de Dinant ; un nommé Frédérich qui a servi autrefois comme canonnier au château de Luxembourg, très§habile compagnon et bon fondeur ; Quentin du Flocq, qui a servi autrefois comme bombardier ; Haquinet du Flocq, bon canonnier, jeune compagnon fort et raide ; Brinaur de Poucques, bon canonnier, eschelleur de places et homme dont le Duc pourra bien être servi en plusieurs manières ; Piètre Dionghe, bon charpentier et bon canonnier ayant déjà servi le Duc en ses voyages et armées ; un jeune compagnon allemand, nommé Hans, actuellement à Lille et qui servira de bonne grâce le Duc ; un bon canonnier fondeur que Monseigneur de Soyes dit avoir ; plus 15 autres compagnons qui ont servi le Duc dans tous ses voyages etc.

Publié dans:inventaires d'artillerie |on 26 août, 2006 |Commentaires fermés

Artillerie de l’expédition de Ziericsée, 1472

(Archives départementales du Nord, B.3518, retranscription recettes de l’artillerie)(1472)

Inventaire des parties d’artillerie chargées en la ville de Lille ou chastel et en la saule illec, pour estre menée par eaue jusques à Anvers pour servir en l’armée que Monseigneur entend présentement faire à l’encontre de ceulx de Sériezée, ses subjetz.

Une bombarde de fer, vernie de rouge, nommée Artois, portant pierres de 16 à 17 pouces ; une autre bombarde, aussi vernie de rouge, nommée Ath, portant pierres de 13 pouces ; deux bombardelles de fer, de la façon de Lambillon, toute d’une pièce, portant pierres de 10 pouces ou environ ; un grand manteau de 40 pieds de long, de 14 pièces, garny de son sommier et estanture ; un autre manteau de 34 pieds de long, de 12 pièces sans sommier, ni la plus grande partie de l’estenture, les dits deux manteaux faits par Piètre Dierrik ; deux mortiers de fer, tous d’une sorte, l’un garni de son affût et l’autre sans affût, portant pierres de 10 pouces ; deux courtaux de métal de la façon de Jean de Malines, garnis chacun de quatre roues de peu de valeur avec les affûts rompus ; deux grosses serpentines de métal aussi de la même fabrication, garnies comme les courtaux ; trois serpentines moyennes, garnies de leurs roues et avec des affûts de peu de valeur ; une autre serpentine de métal, signée D., garnie comme les précédentes ; six petites serpentines aussi de métal, dont quatre garnies de leurs roues et affûts et deux sans roues ; six serpentines de fer, nommées tumereaulx, portans pierres semblables aux petites serpentines, garnies de leurs roues ; item, un autre tumereau aussi de fer, affûté sur une…à deux roues ; 50 pierres de 16 pouces, pour la bombarde nommée Artois ; 50 pierres de 13 pouces pour la bombarde nommée Ath ; 50 pierres de… pouces servans pour l’une des bombardelles ; 106 pierres de 10 pouces, pour l’une des bombardelles et les deux mortiers ; 1000 arcs à main ; 5 tonneaux de flèches contenant environ 1000 douzaines ; 84 arbalètes d’acier, de la façon de Strennequin ; 80 crics, garnis de ceintures et de polions pour bander aux rains ; 2100 viretons pour crenequins ; 164 douzaines de cordes d’arc ; 39 vouges de la vieille sorte ; 50 couleuvrines de fer ; 10 couleuvrines de métal ; 105 feuilles de fer à faire chargeoirs ; 150 sacs de cuir de diverses sortes à mettre poudre pour les canonniers ; 6 falots ; une queue de tourteaux de falots ; 14 leviers de fer de plusieurs sortes ; 8 marteaux de maçon pour espincier pierres ; 33 pics emmanchés ; la ferraille de quatre étaux ; 40 caques de poudre.

Autre artillerie amenée d’Arras, chargée sur bateaux pour être conduite comme la précédente :

14 canons de fer, enchâssés en bois, garnis de 27 chambres ; 100 acquebusses de métal ; 1000 maillets de plomb ; 11 tonnelets de plommets pour serpentines et arquebuses ; un tonnelet de fil d’Anvers ; deux poinçons pleins de traits d’arbalètes et de crenequins ; une grosse queue pleine de cordail de plusieurs sortes ; 3 autres tumereaulx de fer, garnis de leurs roues et affûts ; un tonnel de viretons en renfermant 170 douzaines ; 40 pavois narvez ; un tonneau de cordes d’arc où il y en a 70 douzaines.

Publié dans:inventaires d'artillerie |on 26 août, 2006 |Commentaires fermés

Advis fait par maistre Woulters

(Archives départementales du Nord, Lille ; B.3519 ; retranscription recettes de l’artillerie)

REDIGE VERS 1468

Premièrement pour mener une bombarde convient avoir en temps d’yver : 24 chevaux ; la bombardelle : 14 chevaux ; le courtault : 8 chevaux ; la grosse serpentine : 8 chevaux ; les trois Jaquemin et celle du Roy : 6 chevaux ; les 50 moyennes : 4 chevaux ; les 100 petites : 2 chevaux ; les petites maistre Guillaume : 2 chevaux ; 4 chevaux pour les pierres de bombardes pesant chacune 163 livres ; 4 chevaux pour celles pesant 75 livres ; 4 chevaux pour les 30 pierres de courtaulx ; un mortier et son affût : 4 chevaux ; pareilles pierres à celles de bombardes ; boulets de fer au nombre de 200 sur un chariot ; plommets à l’avenant ; 4 chevaux pour les caques de poudre ; 5 coffres d’arcs à 4 chevaux ; 4 chevaux pour 4000 flèches ; 4 chevaux pour 200 piques ; 4 chevaux pour 300 maillets ;  4 chevaux pour 200 fûts de lance ; pics et hoyaux à l’avenant ; de pics, hoyaux, coignées, fourches, pelles, serpes, il en faut bien de chacun 500 ; de tourteaux à fallots, lanternes, soufflets, etc, idem ; des queues à couvercle, idem ; la forge étoffée qu’il convient avoir, item ; 80 jaques à 4 chevaux ; salades, bonnets d’acier, viretons, 2 moulins sur un chariot, fours, 300 livres de cordail, ferrailles pour les ponts, le pont volant.

 

Publié dans:inventaires d'artillerie |on 25 août, 2006 |Commentaires fermés

Etat des parties d’artillerie que le Duc a ordonné être prêtes avant le 1er avril 1473

(Archives départementales du Nord, Lille, B.3519, transcription recette de l’artillerie)(1474)

Etat des parties d’artillerie que le Duc a ordonné être prêtes avant le 1er avril 1473, conformément aux marchés passés à cet effet et qui portent sur l’acquisition de : 200 vouges, 1600 maillets de plomb sans dague et sans picot, 1000 autres maillets de plomb avec dague, picot et crochet, 4000 piques ferrées, 600 épieux emmanchés, 600 fûts de javelines de bois de frêne, 1200 bâtons de frêne à faire chargeoirs pour les bâtons à poudre, 600 fûts de demi-lance dont 300 d’ozières et 100 de sapin, 800 louchets, 300 palots ferrés, 150 pelles de fer nommées seuppes, 300 pelles de bois, non ferrées, 800 pics et 600 hoyaux, 500 cognées de deux sortes, 300 fermens de deux sortes, la façon de 3030 arcs à main, fabriqués avec le bois acheté par le Duc s’élevant à 4300 quartiers de bois d’if, la réparation de 600 vieux arcs, l’achat de 1400 fers de flèche pour referrer les flèches de l’artillerie, celui de 4000 douzaines de flèches neuves, de 1000 douzaines de cordes pour arcs à main, de 600 livres de fil d’Anvers, la réparation de cent salades, 253 huvettes, 287 vouges, 623 fers de lance, 172 haubergeons, 172 gorgerins, 80 bonnets d’acier, 98 crefs, 17 moulins à bras, 50 vieux coffres d’arcs à main, l’achat de 100 nouveaux coffres d’arcs à main, de 50 queues à couvercle et 100 autres queues sans couvercle pour mettre ces flèches, cordes, cordail, viretons, de 50 petits tonnelets à mettre plommets pour serpentines, de 15 falots. Le rengrassier de 200 tourteaux de falots, l’achat de 180 nocquets pour servir aux huches des 80 chariots que l’on fait faire, la réparation de 200 pavois nervés conservés à Arras comprenant la nervure et la couverture de cuir, la peinture à l’huile, blanc et bleu avec la croix St-André rouge, l’achat de 120 pavois à potences et la réparation de 120 autres, l’achat de 4000 targettes à la façon de Lombardie, peintes de blanc et bleu avec la croix de St-André rouge et des fusils d’or et de couleurs, l’achat de 50 pavois nervés peints de noir pour servir à faire les approches, la réparation de vieilles tentes et des vieux pavillons, l’achat de 271 pavillons carrés, de 32 tentes, d’une maison de bois pour le Duc, de deux pavillons pour le duc de Bretagne, d’une étable pour ledit duc, de nattes pour les vieilles tentes, de cordail pour lesdites vieilles tentes, de 20000 chevilles de tentes, l’ouvrage de carrelier, de charpenterie pour manteaux, ponts et autres parties, de fondue, l’achat de pierres, de dés de fer pour mettre es plommets, la façon des plommets, l’achat en janvier 1473 [1474 n.st.] de 2290 quartiers d’arcs, la fabrication d’un boulevard de bois, de 80 chariots à huches, l’achat de salpêtre de Naples cru, idem d’Allemagne raffiné, de chandelles de suif et de cire ouvrée, de 24 caques de poudre pesant environ 7200 livres ; l’ensemble des dépenses monterait la somme de 20667 livres, 2 deniers ;

le Duc a ordonné, en outre, de faire faire, à raison de 20 pavillons pour 100 lances et d’un pour le conducteur, 336 pavillons dont la dépense s’élèverait à 2804 livres et, pour chaque compagnie de 100 lances, 101 étables, chacune pour six chevaux ; ce qui donne pour les 16 compagnies 1616 étables dont le prix, à raison de 20 livres par étable, s’élèvera à 32320 livres.

 

Publié dans:inventaires d'artillerie |on 25 août, 2006 |Commentaires fermés

Restauration Vespa Primavera |
maxime |
les ribotons |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mbokfrancois
| Les belles choses de la vie
| Feutrine et Petites Croix